Palourdes

La pêche hauturière des palourdes sur la côte Est du Canada a débuté par une pêche d'essai sur le plateau néo-écossais en 1986. Depuis lors, la pêche s'est étendue jusqu'à Grand Banc et est devenue une industrie qui emploie environ 450 personnes et dont les ventes annuelles totales dépassent 50 M$.

figure 1 - Débarquements et valeurs des exportations de la pêche à la mactre de Stimpson
Débarquements et valeurs des exportations de la pêche à la mactre de Stimpson

La pêche fait appel à de grands navires-usines congélateurs (Figure 2) pour capturer les mactres, dont la plupart sont exportées.

figure 2 - Le Ocean Concord, l'un des navires utilisés pour la pêche à la mactre de Stimpson
Le Ocean Concord, l'un des navires utilisés pour la pêche à la mactre de Stimpson

La partie extérieure du pied, du siphon et du manteau de la mactre présente une couleur violette, qui vire au rouge une fois blanchie, comme le homard et la crevette. Sa couleur rouge et blanche l'a rendue populaire sur les marchés du sushi et du sashimi, où elle est vendue à un prix élevé.

figure 3 - Emballage de mactres traitées par blanchiment.  Le produit principal est la partie du pied, qui vire au rouge une fois blanchie, comme le homard et la crevette
Emballage de mactres traitées par blanchiment. Le produit principal est la partie du pied, qui vire au rouge une fois blanchie, comme le homard et la crevette

Le marché initial de la mactre fut le marché japonais, étant donné sa ressemblance à une espèce locale, mais le marché s'est étendu jusqu'en Chine et en Asie du Sud-Est. Actuellement, les plus grands consommateurs sont le Japon et Hong Kong.

figure 4 - Pourcentage des exportations de mactres de Stimpson aux pays destinataires selon le poids en 2010
Pourcentage des exportations de mactres de Stimpson aux pays destinataires selon le poids en 2010

Plus la pêche évolue, plus on se penche sur d'autres grandes espèces de palourdes, particulièrement le quahog nordique (Arctica islandica), la coque du Groenland (Serripes groenlandicus) et le couteau de Banks (Cyrtodaria siliqua) (Figure 5).

figure 5 - Grandes espèces de palourdes qui représentent un intérêt commercial dans la région des Maritimes.  Actuellement, la pêche commerciale de la mactre de Stimpson (Mactromeris polynyma) est pratiquée et un permis pour la pêche du quahog nordique (Arctica islandica) est détenu.  La coque du Groenland (Serripes groenlandicus) et le couteau de Banks (Cyrtodaria siliqua) sont actuellement capturés en tant que prises accessoires de la pêche à la mactre de Stimpson
Grandes espèces de palourdes qui représentent un intérêt commercial dans la région des Maritimes. Actuellement, la pêche commerciale de la mactre de Stimpson (Mactromeris polynyma) est pratiquée et un permis pour la pêche du quahog nordique (Arctica islandica) est détenu. La coque du Groenland (Serripes groenlandicus) et le couteau de Banks (Cyrtodaria siliqua) sont actuellement capturés en tant que prises accessoires de la pêche à la mactre de Stimpson

Bien que certaines espèces comprises dans la pêche soient bien étudiées (p. ex. quahog nordique), d'autres espèces telles que la mactre de Stimpson, la coque du Groenland et le couteau de Banks ne le sont pas, et il existe très peu de renseignements sur leur cycle biologique. Les taux de croissance de ces espèces sur le plateau néo-écossais sont en cours d'étude. Parmi ces espèces, celle ayant la plus longue durée de vie est le quahog nordique. À ce jour, le quahog le plus âgé provenant du banc de l'île de Sable avait 210 ans et un quahog de plus de 405 ans a été découvert en Islande. Cette réalité à d'importantes répercussions sur la gestion des pêches, car cela signifie que la productivité sera faible et que le nombre autorisé des captures correspondera à un très petit pourcentage de la biomasse. Même si la plupart des espèces de palourdes représentant un intérêt commercial, y compris la mactre de Stimpson, croissent plus rapidement que le quahog nordique, elles ont une durée de vie relativement longue. Les méthodes de gestion et le type d'études scientifiques réalisées en vue de donner des conseils sur ces espèces seront influencés. Un taux de capture faible et une longue durée de vie signifient qu'il n'y aura que très peu d'effets détectables sur la biomasse, en raison des pêches ou des processus naturels, sur des périodes allant de quelques années jusqu'à une décennie ou plus.

La pêche hauturière des palourdes est l'une des seules pêches pour lesquelles des relevés et des recherches connexes ont été effectués au début de la pêche. Les données sur les populations inexploitées sont donc disponibles aux fins de comparaison à mesure que la pêche progresse. Il devrait alors être plus facile d'assurer le développement d'une pêche durable et stable.

Les résultats des relevés effectués sur le Banquereau et le banc de l'île de Sable illustrent la répartition de différentes grandes espèces de bivalves sur l'est du plateau néo-écossais (Figure 6).

figure 6 - Prises des principales espèces de bivalves capturées au cours des relevés hauturiers sur la palourde effectués sur le banc de l'île de Sable (2003) et le Banquereau (2004)
Prises des principales espèces de bivalves capturées au cours des relevés hauturiers sur la palourde effectués sur le banc de l'île de Sable (2003) et le Banquereau (2004)

Pour obtenir de plus amples renseignements, cliquez sur les affiches ci-dessous :

figure 7 - Affiche présentant des détails sur le vieillissement des palourdes
Affiche présentant des détails sur le vieillissement des palourdes
figure 8 - Affiche présentant des détails sur la pêche à la mactre de Stimpson
Affiche présentant des détails sur la pêche à la mactre de Stimpson