Poisson Plats

Les poissons plats, ou plies, sont des poissons de fond associés principalement aux substrats meubles (vase et sable). Ils sont uniques parmi les poissons puisqu'ils sont asymétriques : les deux yeux se trouvent d'un seul côté d'un corps très plat. Leurs larves sont fusiformes (forme symétrique habituelle des poissons). Au début de leur vie, les poissons plats commencent à nager sur un côté, et l'œil du côté inférieur se déplace vers le côté supérieur. Les poissons plats reposent au fond sur leur côté aveugle, les yeux dirigés vers le haut et suffisamment globuleux pour donner une vue latérale de ce qui les entoure. Ils se nourrissent principalement de crustacés, de mollusques, de vers polychètes et de petits poissons qu'ils trouvent par recherche ou par embuscade. Souvent considérés comme purement sédentaires, ils peuvent en fait être des nageurs très actifs. Certaines espèces s'élèvent du fond pour s'alimenter la nuit dans la colonne d'eau, ou pour se faire transporter par les courants vers d'autres lieux. Les poissons plats se déplacent sur de courtes et de longues distances vers les zones d'alimentation ou les frayères, et se déplacent de façon saisonnière vers des eaux plus profondes ou moins profondes de températures privilégiées.

Les espèces dont il est question ici sont la limande à queue jaune (Limanda ferruginea), la plie grise (Glyptocephalus cynoglossus), la plie canadienne (Hippoglossoides platessoides) et la plie rouge (Pseudopleuronectes americanus). La présente section porte sur les populations de ces espèces sur le plateau néo-écossais et dans la baie de Fundy (Les divisions 4V, 4W, 4X et 5Y de l'Organisation des pêches de l'Atlantique Nord-Ouest dans le langage de la gestion des pêches) qui ont fait l'objet d'une pêche commerciale depuis les années 1950. Dans l'Atlantique Nord-Ouest (y compris le Groenland, les États-Unis, Terre-Neuve-et-Labrador et le golfe du Saint-Laurent), la pêche de ces quatre espèces représente environ 10 %, en terme de poids au débarquement, de toutes les pêches de non-invertébrés dans ces eaux. Les poissons plats du plateau néo-écossais et de la baie de Fundy représentent à peu près 10 % (plie grise et plie rouge), 15 % (plie canadienne) et 20 % (limande à queue jaune) des débarquements de poissons plats de l'Atlantique Nord-Ouest. La plupart des poissons plats sont vendus aux États-Unis.

Débarquements déclarés de poissons plats dans 4X/5
Année plie canadienne queue jaune plie rouge plie grise Non spécifié
patauger
Poisson plat totale
1991 996 142 618 613 3621 5991
1992 418 119 593 836 4155 6121
1993 9 53 365 387 3907 4722
1994 111 96 585 418 3061 4270
1995 29 133 978 312 1283 2735
1996 67 149 1005 410 975 2606
1997 214 36 909 421 603 2184
1998 132 41 608 301 646 1730
1999 222 69 602 262 525 1680
2000 273 64 757 467 557 2118
2001 118 28 1070 383 406 2005
2002 155 20 895 354 177 1601
2003 122 14 1120 414 200 1869
2004 49 24 1066 290 194 1623
2005 37 21 734 288 193 1274
2006 41 19 865 135 222 1282
2007 69 22 1056 156 231 1534
2008 15 5 909 127 220 1276
Débarquements déclarés de poissons plats dans 4VW
Année plie canadienne queue jaune plie grise Non spécifié
patauger
Poisson plat totale
1991 217 1372 1335 1414 4338
1992 493 1372 1034 1883 4783
1993 123 1648 534 1656 3961
1994 106 1035 277 1408 2827
1995 370 736 317 921 2344
1996 647 390 390 543 1970
1997 948 77 365 678 2067
1998 1128 32 451 348 1959
1999 1183 47 255 399 1885
2000 551 6 257 245 1059
2001 284 8 268 170 730
2002 213 130 326 15 685
2003 294 0 491 76 860
2004 116 1 286 37 440
2005 123 0 367 0 491
2006 168 123 324 1 616
2007 94 0 351 3 449
2008 28 2 263 3 296

Les unités de gestion des pêches pour les poissons plats comprennent l’est du plateau néo-écossais (4VW), ainsi que l'ouest du plateau néo-écossais et la baie de Fundy (4X/5Y). Les deux zones ont pour but de séparer les populations distinctes entre les différentes espèces de poissons plats (plie canadienne, plie grise, limande à queue jaune et plie rouge). Ces espèces sont gérées comme stocks de poissons plats sans différencier les espèces individuelles. Ce regroupement des espèces peut s'étendre à l'identification des espèces des prises, tel que les plies non spécifiées peuvent représenter de grandes portions des débarquements déclarés. L'identification s'est toutefois améliorée au cours des dernières années. Une partie du problème de l'identification est l'utilisation de noms locaux pour des espèces qui peuvent ne pas être connues des personnes qui effectuent le traitement des données sur les débarquements (p. ex. limande plutôt que plie, sole grise plutôt que plie grise et sole jaune plutôt que limande à queue jaune). Les unités de gestion semblent appropriées pour séparer les populations de limandes à queue jaune et de plies rouges, tandis que les plies canadiennes et les plies grises sont réparties uniformément dans les deux zones de gestion. Les avis scientifiques sur la gestion des ressources se basent sur les espèces dans chacun des complexes de gestion qui démontrent la pire situation. Toutefois, il n'existe aucune règle de décision ni aucun point de référence explicites pour définir les quotas préventifs.

En comparaison avec les poissons en général, les espèces de poissons plats démontrent habituellement peu de corrélation entre l'abondance des frayeurs et le recrutement subséquent, et la plus faible variabilité du recrutement, mais l'abondance des prérecrues peut souvent servir à prédire le recrutement. Selon les hypothèses, l'exigence d'un habitat d'alevinage très bidimensionnel (le haut des berges) pour la plupart des espèces de poissons plats impose constamment une limite supérieure au recrutement, de telle façon que celui-ci ne peut habituellement qu'être proportionnel à la taille de l'aire d'alevinage et a très peu de potentiel d'expansion. On s'inquiète cependant du fait que nous n'ayons pas écarté la possibilité d'une relation avec certains aspects des conditions de frai des poissons comme étant importante (comme l'approvisionnement de nutriments aux œufs annulant l'importance potentielle de l'abondance des frayeurs). Quelle que soit la raison, cela brouille les tentatives de prédire les trajectoires du stock en fonction de la biomasse du stock reproducteur, qui est traditionnellement une mesure importante pour évaluer l'état des stocks.

Types de poissons plats