L'Observatoire Arctique de MPO en temps réel

Les conditions climatiques changeantes dans l'Arctique canadien présentent à la fois des défis et des possibilités. Il est nécessaire de surveiller l'environnement afin de comprendre les changements et de réduire leur incidence. Il est aussi nécessaire d'obtenir des données pertinentes et à jour afin d'appuyer les activités accrues et le développement responsable dans l'Arctique plus accessible.

Un observatoire océanique a été installé à l'extrémité est du passage Nord-Ouest en 2009 afin de fournir des renseignements horaires sur les conditions de l'océan et des glaces à être utilisés par les navigateurs et les modélisateurs du climat.

Les données provenant des amarrages équipés sont transmises de manière acoustique à un « concentrateur de données » à l'extrémité d'un câble sous-marin située en haute mer, envoyées à travers un câble, puis transmises à partir de la station à terre par un système de satellites Iridium aux fins d'accès sur le Web.

À quel moment le passage du Nord-Ouest gèle-t-il pour l'hiver?

Notre observatoire permet maintenant de prévoir cet important événement.

Les données en temps réel de l'observatoire, combinées aux connaissances acquises grâce à la surveillance précédente à long terme dans la région, nous ont permis de fournir des prévisions exactes de l'englacement, avec des préavis de deux à quatre semaines. Ces prévisions sur l'état des glaces, combinées aux données sur la glace et l'océan pendant toute l'année qui arrivent toutes les deux heures, indiquent la valeur des observatoires en temps réel pour les activités de développement maritime et des ressources dans les endroits éloignés de l'Arctique.

Les prévisions d'englacement quant aux observatoires
pour l'est du passage Nord-Ouest en 2012 et 2013.

Opérations de pose de câbles dans le passage du Nord-Ouest

Opérations de pose de câbles dans le passage du Nord-Ouest

Assembler le concentrateur de données. Le concentrateur de données se situe à l'extrémité du câble située en pleine mer et reçoit les données provenant des amarrages à proximité.

Assembler le concentrateur de données. Le concentrateur de données se situe à l'extrémité du câble située en pleine mer et reçoit les données provenant des amarrages à proximité.

Pour de plus amples renseignements sur l'observatoire en temps réel de Pêches et Océans Canada dans l'Arctique, et les sciences qui y sont liées, communiquez par courriel à l'adresse Jim.Hamilton@dfo-mpo.gc.ca

ou consultez les publications suivantes;

James M. Hamilton & Merle D. Pittman (2015): Sea-Ice Freeze-up Forecasts with an Operational Ocean Observatory, Atmosphere-Ocean, DOI: 10.1080/07055900.2014.1002447

Hamilton, J. M., K. Collins, and S. J. Prinsenberg (2013), Links between ocean properties, ice cover, and plankton dynamics on interannual time scales in the Canadian Arctic Archipelago, J. Geophys. Res. Oceans, 118, 5625–5639, doi:10.1002/jgrc.20382.

Remerciements :

Recherche et développement pour la défense Canada (RDDC Atlantique) a fourni un soutien logistique et a partagé l’infrastructure à son campement de la « Surveillance du Nord » à Gascoyne Inlet sur l’île Devon pour aider à réaliser ce projet. Le ministère de la Défense nationale du Canada (notre partenaire CONCEPTS) a apporté un soutien financier et la Garde côtière canadienne a fourni le soutien aux navires requis.

Conditions océanographiques recénte dans le détroit de Barrow

Tirant d’eau glaciel sur le côté nord de la chaussée surélevée de Barrow

Le tirant d’eau glaciel est l’épaisseur de la glace sous la ligne de flottaison. Nos outils fournissent des mesures du tirant d’eau glaciel toutes les trois secondes. Dans le graphique ci-dessous, la moyenne de ces mesures est illustrée sur une période de six heures. Si la glace est mobile, les mesures du tirant d’eau glaciel peuvent varier grandement au cours de la période de six heures. Par conséquent, nous traçons également la valeur maximale mesurée pour cette période.

Les histogrammes ci-dessous fournissent plus de détails sur le degré de variation dans le tirant d’eau glaciel observé sur une période de six heures. Les histogrammes d’hier pour chaque période de six heures sont présentés. Pour faciliter l’interprétation des données, envisagez une barre centrée sur 1 m qui atteint jusqu’à 60 m sur l’axe de la « fréquence en % ». Cela signifie que 60 % des mesures sur cette période de six heures indiquaient que le tirant d’eau glaciel était de 1 m d’épaisseur.

Pression barométrique à l'observatoire du détroit de Barrow